Céret : j’ai la patate, pour une ville en transition

mars 27, 2014 dans Pédagogie par Agrovélocités

Le samedi 8 mars 2014 projet j’ai la patate, marché de Céret, Pyrénéees Orientales.

le stand

Le stand de j’ai la patate, projet crée par Céret en transitiontitre j'ai la patate le sac retroussé le flyer____________________________

C’est au détour du marché de Ceret que nous faisons la rencontre d’un collectif citoyen porteur d’une initiative encore inconnue à nos yeux : « J’ai la patate ! »

titre j'ai la patateDisponible ! La fiche technique sur J’ai la patate de Céret en transition 

titre j'ai la patate

 

J’ai la patate, un titre évocateur du dynamisme de cette initiative !

le flyerL’initiative portée par le collectif « Ceret en transition » consiste à fournir une pomme de terre à toutes les personnes qui le souhaitent lors de deux journées de marché début mars. Ces personnes emportent chez elle la patate pour qu’elle la cultive et pour partager la récolte lors d’un grand repas avec l’ensemble des participants (qui ont la patate !). Il est proposé aux participants de faire pousser leur patate dans un sac de terreau retroussé et de remplir d’une alternance de terre et de mulch au fur et à mesure de la croissance de la plante (technique de la butée réadaptée).

le sac retroussé

Le repas final sera réalisé avec l’aide d’un chef cuisinier dans une ambiance similaire aux émissions de type Top chef. Le repas sera partagé avec l’ensemble des participants pour un moment convivial.

L’idée de ce projet est de faire du lien entre des personnes autour d’un même objectif : cultiver sa patate. Les participants sont amenés à se rendre compte de la difficulté et des enjeux de faire pousser soi-même ses légumes. Afin de créer du lien entre les habitants, les participants sont mis en contact grâce à une mail-liste commune où ils peuvent communiquer et se donner des nouvelles de leurs patates : photos, commentaires, questions.

Cette initiative est le début d’un projet de plus grande ampleur avec notamment la création d’une Association de Maintien de l’Agriculture Paysanne (AMAP), différents projets portés par le collectif Céret en transition.

le flyer

 Pour plus d’information : ceret@transition.cat & Jerome 0681560012 & Simon 0604501156

 

 

 

 

 

 

Projet de jeune, un jardin en plein coeur de Portugalete

février 6, 2014 dans Pédagogie par Agrovélocités

Le 18 janvier 2014, interview de Javier Carnicero Urra, animateur de temps libre de l’espace culturel de la ville de Potugalete : Portugaleteko Aisialdi Sarea

C’est à Portugalete, une petite ville de 50 000 habitants située à l’embouchure de l’estuaire de fleuve de Bilbao, que nous accueille Javier Carnicero (en photo ci dessous).

Javier

 Il nous décrit l’initiative d’un jeune de la ville financé à 100% par la municipalité et cogéré par cet espace culturel municipal. Ce lieu d’échange intergénérationnel voit sa partie haute consacrée à la vie de la jeunesse locale, tandis que la partie basse accueille des retraités à la journée.

Centre culturel

 

                                                                                     L’espace culturel municipal, vu de la place en contrebas

Depuis 2 ans, la municipalité organise un concours d’initiative de jeunes pour leur permettre de réaliser leurs projets. Ce concours va cependant changer cette année pour opter vers une forme plus ouverte : chacun viendra présenter son projet qui sera financé dans la mesure du possible. Par ce dispositif, la municipalité place la jeunesse au centre des évolutions de la ville, et souhaite amplifier le mouvement. Une des idées fortes de ce concept est l’autonomisation des jeunes en leurs donnant l’opportunité de mettre en pratique leur idées, à condition que ceux-ci la prennent en main et la réalise jusqu’au bout.

Le concours 2012, c’est Falki, un jeune étudiant de Potugalete originaire du Maroc, qui l’a gagné (parmi 4 autres lauréats). Son idée ? Des jardinières urbaines pour cultiver fruits, légumes et aromates sur la terrasse de cet espace jeunesse, en plein cœur du centre-ville (cf photo ci dessous). Avec Inaki, un agriculteur local très engagé dans les mouvements agro-urbains et pour une agriculture plus écologique (http://www.llevamealhuerto.com/), Falki monte le projet de la mise sur papier à la construction des jardinières jusqu’à la plantation des graines. Deux vidéos détaillent la mise en place de ces trois jardinières urbaines, à trouver ici et . En plus de Falki, 3 à 4 personnes assurent l’entretien de ces carrés de verdures de façon tout à fait volontaire et libre.

Tables et intervews

« L’agriculture urbaine va crescendo » nous dit Javier, « les gens vont s’y mettre, petit à petit ».

Javier nous parle d’une initiative qui nous rappelle fortement celle d’Emaus rencontrée l’avant-veille : un large espace de culture situé dans un centre d’éducation pour personnes handicapé mentales et/ou physiques. Ceux-ci apprennent le fonctionnement de l’espace de production agricole (maraichage – quelques plate bandes – et élevage – quelques poules), ceci faisant partie intégrante du processus d’apprentissage pratiques et thérapeutique mis en place par la structure médicale. De plus, cette véritable ferme pédagogique accueille chaque semaine une classe d’élève apportant leurs déchets organiques pour comprendre la formation du compost. 

Translate »